Embed

  1. Lorsqu’on se promène dans les rues de Tunis, on est souvent frappé par le talent des vendeurs qui attirent le chaland à la faveur d’un simple regard. Ils ont une faculté rare : pouvoir capter l’attention de l’acheteur sur leur produit et négocier âprement le prix afin de réaliser une bonne affaire. Et pourtant, c’est sur un tout autre terrain que les grosses enseignes se livrent bataille. Sur internet, et plus spécifiquement sur les sites d’annonce, comme celui-ci, le commerce bat son plein : chaque jour ce sont des millions de ventes qui sont enregistrées et le mouvement prend de plus en plus d’ampleur. Mais, les mentalités évoluent lentement et le commerce traditionnel fait partie des racines de la Tunisie. Alors, l’année 2012 sera-t-elle celle du décollage de l’e-commerce ?

     

    On estime qu’il y aurait plus de 450 boutiques en ligne dans le pays. Près de 800 000 transactions ont été enregistrées l’an dernier notamment sur les sites d’annonce. Les barrières au changement tombent peu à peu : les tunisiens ont toujours été méfiants par rapport aux systèmes de paiement en ligne. Ils découvrent aujourd’hui des solutions totalement sécurisées. Si on ajoute à cela la simplicité, la facilité d’accès aux cybermarchands, on comprend mieux l’engouement actuel du grand public pour cette nouvelle forme d’achat. Le e-Dinar est bien né ….et ses amateurs sont toujours plus nombreux !

     

    Malheureusement, on est encore loin des taux de croissance européens : dans certains pays le e-commerce devient un concurrent direct des grandes surfaces. Le taux de raccordement à internet progresse mais il reste encore beaucoup de progrès à réaliser pour que la majeure partie de la population soit connectée au net. Néanmoins, les tendances sont évidentes. Aujourd'hui, si on veut vraiment faire une bonne affaire, on aura plus de chances de la faire sur Internet. Cela vaut surtout si on veut acheter une voiture d'occasion sur Internet par exemple.

     

     

1
Share

Share

Facebook
Google+