As seen onFavicon for http://cdn.embedly.comcdn.embedly.com

Opération Iceberg - Les journées pro

Mini reportage sur l'arrimage : deux jours intenses de formation professionnelle et d'échanges

Embed

  1. Ma mission, puisque je l'ai acceptée, rendre compte de deux journées de formation et de rencontres professionnelles avec tous les artistes de l'Opération Iceberg à la Poudrière, à Belfort, les 5 et 6 mai derniers. Pour la première fois depuis le début de l'aventure, tous étaient réunis pour ces deux journées d'arrimage. 


    C'est la première fois qu'a lieu cette opération innovante et pour en parler, ses organisateurs ont fait appel à des idées innovantes, en proposant à différentes personnes de couvrir les sessions, chacune à sa manière, si possible en utilisant des moyens innovants...

  2. Je ne vais pas vous réexpliquer l'intérêt de ce montage Franco-Suisse, avec les Eurockéennes et la fondation suisse CMA, le tout soutenu par l'Europe, qui bénéficie à des artistes en développement, toutes les infos sont .
  3. Tout ce que je peux vous dire, c'est que je n'ai pas souvent rencontré opération aussi bien construite et surtout aussi bien inscrite dans les problématiques professionnelles que rencontrent les artistes en développement.


    Mais d'abord, j'ai posé une question à chacun des groupes ou artistes présents : 

    Présente ton projet artistique - ça fait partie la formation de savoir se présenter, après tout !

    L'intégration SoundCloud laisse à désirer, il faut cliquer sur le lien pour avoir le son

  4. Gaetan pour Sunless (Dijon)
  5. Jérémy Vielle aka Zerolex pour Cotton Claw  (Besançon)
  6. Joëlle alias Verveine (Vevey)
  7. Christophe pour D-Bangerz (Mulhouse)

  8.  Idal est au micro de Murmures Barbares (Neuchatel)
  9. Désolé Alex, le micro ne s'est pas mis en route :-(((((  The Wooden Wolf
  10. 1er jour en mode cour magistral et formation sur tout ce qui ressemble à des réseaux sociaux ou des outils de communication en ligne. Simon Boichot, expert dans le domaine, a expliqué comment utiliser les FaceBook et autres twitter, quels sont les fondamentaux à ne jamais oublier. Toute la journée, on a parlé de veille, de tags, de métrics, de followers, de smart URL, de newsletter, de responsive design, de SoundCloud et de Bandcamp, de TunesToTube et de Bandsintown, de Tumblr, hypem.com ou de wikipedia.


    Je ne vais pas reformuler les excellents conseils de Simon, mais mettre mon grain de sel comme je l'ai fait durant sa conférence, puisqu'il m'arrive à moi aussi de faire ce genre d'exercice, en donnant mes trois règles principales :


    Règle n°1

    Avant de communiquer et de vous interroger sur les médias à utiliser, pensez au message que vous voulez transmettre, c'est le plus important.

    Que voulez-vous raconter autour de votre projet artistique ?

    Qu'est qui est signifiant ?

    Pensez à la cohérence de votre communication, texte, image, avec votre démarche artistique.

    Passez beaucoup de temps sur ces questions avant d'aller plus loin.


    Règle n°2

    Ne pas se perdre, pas plus de deux heures par jour, ou d'un jour par semaine. En premier lieu, vous êtes là pour faire de la musique, travailler vos compos. Les mondes numériques sont passionnants, on peut toujours améliorer sa visibilité, mais le plus important reste la musique.


    Règle n°3

    Pour un artiste en développement, aller sur les réseaux sociaux, construire son site ou sa newsletter n'est pas seulement une affaire de promotion, vis-à-vis des médias ou des professionnels, mais aussi de développement de communauté, de fan base. Il faut bien différencier les deux démarches, les deux types de public, et ne pas jouer la quantité à tous prix. La qualité du contact, c'est essentiel : un courrier écrit à la plume d'oie peut avoir plus d'impact que des millions d'emails.


    C'était intéressant de voir que les groupes étaient chacun à des niveaux très différents d'engagement vis à vis du numérique. Certains codent en html quand d'autres ne savent pas uploader une photo. Certains sont en groupes auquel cas il est beaucoup plus facile de gérer Internet quand d'autres sont seuls. Certains adorent faire joujou avec les réseaux sociaux et parler à leur public, d'autres sont beaucoup plus discrets. En tous cas, tous sont concernés par la problématique.


Like
Share

Share

Facebook
Google+