Editeurs : quelle offre numérique pour les bibliothèques?

Compte-rendu de la conférence-débat du 27 septembre 2012 au Labo de l'édition

6,985 total views
  1. A l’initiative de Flexedo, startup hébergée au Labo, le Labo de l’édition organisait le jeudi 27 septembre 2012 une rencontre entre éditeurs et bibliothèques sur le sujet de l’offre numérique en bibliothèques.

    En effet, malgré des expérimentations audacieuses menées par les bibliothécaires, notamment via les outils de médiation du web 2.0 (facebook, flickr…)  ou par la mise en place de prêts de liseuses, le catalogue de livres numériques proposé par les éditeurs aux bibliothèques reste trop restreint pour qu’elles puissent véritablement promouvoir la lecture sur support numérique.


    Le développement du livre numérique en bibliotheques doit s’appuyer sur le dialogue avec les éditeurs pour construire une offre qui prenne en compte les missions de chacune des parties – lecture pblique pour les bibliothèques, rentabilité économique pour les éditeurs.


    La conférence-débat avait donc deux objectifs :


    - Donner l’occasion aux bibliothécaires d’expliquer aux éditeurs les logiques qui régissent leurs acquisitions numériques (politique documentaire, contraintes budgétaires et techniques) et de partager leur perspective sur les usages et les expériences de médiation, d’une part.


    - Permettre aux éditeurs de présenter des initiatives réussies d’offre numérique en bibliothèque d’autre part.

    David Meulemans, éditeur, fondateur des éditions Aux Forges de Vulcain, incubé au Labo de l’édition et modérateur de cette soirée, a introduit le sujet et présenté les intervenants :


    David Liziard, directeur des médiathèques municipales d’Issy-les-Moulineaux


    Frédéric Jeannin, responsable produits numériques chez les éditions Dalloz


    Valérie Ferrière, fondatrice de la plateforme de diffusion Flexedo


    Pascal Leray, directeur de la bibliothèque de Cergy-Pontoise et Sophie Perrusson, directrice des médiathèques de Levallois-Perret, président et vice-présidente du réseau Carel

  2. L’angle du débat était annoncé comme privilégiant le dialogue entre éditeurs, plateformes et bibliothécaires, mais certains participants ont regretté l’absence des libraires.
  3. David Liziard, directeur des médiathèques municipales d’Issy-les-Moulineaux


    David Liziard a présenté la politique d’acquisition numérique de son établissement ainsi que diverses expérimentation qui y ont été menées.


    Jusqu’à présent, la présence du « numérique » au sein des deux médiathèques d’Issy-les-Moulineaux, consiste d’abord en des ressources internet accessibles via des postes informatiques. L’objectif est aujourd’hui de démocratiser l’accès aux livres numériques.


    Il y a 3 ans, la médiathèque d’Issy-le-Moulineaux a expérimenté le prêt de liseuses, permettant un accès à 200 livres libres de droit, un choix fait pour contourner les DRM. 200 liseuses Bookeen et Kobo sont depuis mises à disposition, 600 prêts ont été effectués depuis janvier 2010.


  4. La médiathèque d’Issy-les-Moulineaux s’appuie sur divers fournisseurs pour proposer des livres numériques à son public : Cyberlibris pour l’offre documentaire, Immatériel pour la fiction, La Souris Qui Raconte pour la littérature jeunesse, le Kiosque.fr pour la presse en ligne. Chaque utilisateur de la médiathèque dispose d’un compte pour y accéder via des postes informatiques à l’intérieur des médiathèques. En 1 an, 227 comptes ont été activés. Chaque mois en moyenne, 1600 pages sont parcourues parmi 45 livres différents.


    L’enjeu, a souligné le directeur de l’établissement, est aujourd’hui de passer de cette phase expérimentale à une politique grand public.


  5. David Liziard déplore l’absence d’un fournisseur qui offrirait des livres numériques de tous les secteurs, sans DRM, avec une interface unifiée user-friendly, sur le modèle de lekti-ecriture qui regroupe 70 éditeurs indépendants, et une interface feuilleteuse.

    L’offre idéale selon lui ?

    -> Très simple d’accès : un catalogue unifié, un login unique, pas de limitation, pour des usages multiples.

    -> Contenus correspondant aux besoins du public, pouvant être décrits simplement de façon à ce que le public s’en empare.

    -> Un modèle viable économiquement pour la bibliothèque et pour l’éditeur.

  6. La question du modèle économique provoque une discussion. Il est reproché aux éditeurs de ne pas s'intéresser aux bibliothèques, ce qui est démenti par la représentante d'un éditeur  dans le public: les éditeurs discutent beaucoup avec les bibliothèques. Ils ne peuvent cependant pas perdre de vue une nécessité économique - vendredi des livres - pour continuer d'investir dans la création.
  7. En contrepoint à la présentation du point de vue des bibliothèques, Frédéric Jeannin des éditions Dalloz a présenté une offre numérique pour les bibliothèques qui fonctionne.


    Frédéric Jeannin, responsable produits numériques chez les éditions Dalloz


    L’offre numérique de Dalloz se décline à travers 3 plateformes :

    -        Dalloz.fr qui regroupe l’intégralité des fonds de la maison, navigable grâce au moteur de recherche Exalid.

    -        Dalloz Bibliothèque, lancé il y a 3 ans, qui offre l’accès à un corpus sous forme d’une base de données, accessible en streaming, sur le modèle de Cyberlibris.

    -        Dalloz revues, un site d’actualité juridique. Les utilisateurs ont accès sur ce site aux revues juridiques avant leur publication papier.

  8. L’offre numérique de Dalloz comporte un aspect spécifique pour les bibliothèques :


    •        Un entrepôt OAI développé pour Gallica librement accessible pour « moissonner » les métadonnées de notre bibliothèque numérique

    •        Un contrôle d’accès basé local ou distant sur SHIBBOLETH

    •        La possibilité prochaine de disposer de statistiques au format COUNTER


    Le modèle économique de l’offre numérique de Dalloz est le suivant : Dalloz est son propre diffuseur. L’accès aux ressources numériques se fait par abonnement, avec possibilité de paiement à l’acte.


    Une blibliothécaire présente dans le public a déploré l’étanchéité des 3 plateformes de Dalloz, ce à quoi F.Jeannin a répondu qu’une plateforme intégrant les 3 offres était en développement, de même qu’un permalien pour accéder aux bases de données.

  9.  Valérie Ferrière, fondatrice de la plateforme de diffusion Flexedo


    La diffusion des catalogues numériques des éditeurs vers les bibliothèques se fait aujourd’hui par le biais des platefornes. Valérie Ferrière a présenté en avant-première la version bêta de Flexiteq.fr, une plateforme web de diffusion numérique « centrée sur l’humain », avec une offre en sciences humaines et sociales, culture et société, arts, spiritualité ou encore vie professionelle.


    Flexiteq est conçue à la fois pour les éditeurs, les bibliothèques et les lecteurs.


    Pour les éditeurs, elle permet de diffuser leurs catalogues, de le promouvoir grâce à des outils de marketing viraux. Elle permet différents formats (ePub, pdf, audio) et modèles d’accès (téléchargement, lecture en ligne), ainsi qu’une segmentation des contenus par articles ou chapitres.


    Pour les bibliothèques et documentalistes, la plateforme a l’avantage de permettre une ressource par mots-clefs avec un moteur de recherche performant, un service aussi utile aux lecteurs. Valérie Ferrière annonce aussi la possibilité de tester gratuitement une collection, et d’ajouter des documents à sa collection de façon temporaire.


    Flexiteq.fr possède une version Ipad et Android.


    Son modèle économique repose sur la combinaison de la vente, de l’abonnement et du prêt.

    La vente au détail correspond au modèle de la librairie en ligne.

    Une quinzaine d’éditeurs ont déjà rejoint Flexiteq.

  10. La présentation de la plateforme de diffusion Flexiteq recentre le débat sur un problème central pour les bibliothèques :
  11. Une transition toute trouvée vers la présentation du réseau Carel, qui travaille à structurer l'offre numérique pour les bibliothèques.
  12. Pascal Leray, directeur de la bibliothèque de Cergy-Pontoise et Sophie Perrusson, directrice des médiathèques de Levallois-Perret, président et vice-présidente du réseau Carel


    Le réseau Carel est une association crée en mars 2012 à l’initiative de la BPI qui œuvre pour le developpement des ressources numeriques en bibliotheque. Il regroupe un ensemble de bibliothèques publiques. Son action se déploie de deux façons :


    -        structurer l’action commune des bibliothèques publiques en groupes de négociation auprès des éditeurs pour les offres payantes à destination des bibliothèques publiques


    -        repérer et diffuser les bonnes pratiques au sein du réseau des bibliothèques et auprès des éditeurs

  13. Pascal Leray, president de la toute jeune association, a martelé que le développement des ressources nmériques en bibliotheques ne pouvait etre le fruit que d’une co-construction par les bibliothèques et les éditeurs.  Mais quelle médiation entre l'éditeur et la bibliothèque pour le livre numérique?

Like
Share

Share

Facebook
Google+