Crise en Europe: l'heure du débat a sonné! (deuxième partie)

Le 6 mars 2012, l'équipe de la Commission européenne en France a organisé un débat ouvert à tous pour discuter de la crise économique en Europe. Objectifs? Dresser un bilan de l'action européenne, discuter des défis à venir et formuler des solutions potentielles.

99 total views
As seen on
null
10 views
  1. Pendant ce temps-là, dans les coulisses

    Alors que le premier panel bat son plein, Michel Barnier, arrive (à pied) à la Maison de la Chimie. Au menu: conférence de presse puis entrée en matière pour le deuxième panel prévu à 11h15. Une conférence de presse accaparée par l'actualité sur la Grèce et les propositions de Hollande concernant une renégociation du traité budgétaire. A ce sujet, il en appelle à beaucoup de prudence: "le pacte budgétaire était un élément clé de la confiance, des Européens entre eux et des autres régions du monde dans l'Europe" mais cela n'empêche pas d'envisager des ajouts, notamment sur la croissance.
    Le reste de la journée sera tout aussi chargée: quand le Commissaire européen se rend à Paris, il prend très au sérieux sont rôle de porte-parole de l'action européenne.
  2. La croissance, maître mot du 2nd panel
  3. Sans transition, les quelques 650 participants passe au 2nd panel d'intervenants. Jean Arthuis, Christophe Caresche, Michel Guerlavais, Jean Pisani-Ferry, Fabienne Keller et Catherine Trautmann sont de la partie avec Véronique Auger pour animer le tout.

    La réponse à la crise, dont on sentait déjà l'ébauche lors du premier panel, devient limpide lors du second panel. Elle tient en un mot (répété à la façon d'un mantra - peut-être pour conjurer le sort?): croissance. Le fond est identique mais l'emballage diffère: initiative européenne de croissance (Barnier), politique de croissance (Guerlavais), fonds européen de croissance (Trautmann), pacte de croissance (Arthuis), agenda européen pour la croissance (Caresche) - toute la palette sémantique y sera passée.
  4. Premier étage à la Maison de la Chimie #ue6mars
  5. Reste une question: comment s'y prendre?

    La question du traité budgétaire se profile à nouveau : certains y sont clairement favorables - Michel Barnier en fait une clé de voûte pour la confiance au sein de l'UE et entre l'UE et ses partenaires; certains y sont clairement opposés - Trautmann considère, à l'instar de Guigou lors du premier panel, que nous n'en avions pas besoin; enfin, certains pensent qu'il faut le renégocier (toute similitude avec un quelconque candidat à la présidentielle n'est pas fortuite) pour inclure quel mot déjà?... Ah oui, nous y revenons la croissance.

    Mais au fond, pourquoi est-elle si nécessaire cette croissance, au-delà de son impact économique? Là encore, on revient à un autre mantra repris inlassablement : la confiance. La croissance semble être indispensable pour résoudre la crise de confiance des Français à l'égard de l'UE - c'est en tous cas ce que chacun des intervenants a souligné.
  6. Conclusions et 2 questions restées sans réponse
  7. Au fond, les deux panels semblent donc être en accord sur trois éléments fondamentaux:
    1. Il faut plus d'Europe, notamment au niveau de notre gouvernance économique si l'on veut survivre par les temps qui courent.
    2. Malheureusement, ce plus d'Europe pose problème étant donné la crise de confiance des Français à l'égard de cette même Europe.
    3. La solution toute trouvée, c'est de renouer avec la croissance, de mieux l'intégrer dans les décisions économiques à venir.
  8. Pourtant, deux questions continuent à me trotter dans la tête... La première est une question rhétorique posée par Fabienne Keller: avec quelles ressources allons nous donc financer de nouvelles mesures en faveur de la croissance? La deuxième, plus profonde, est posée par un simple citoyen: à l'heure où les besoins humains ne cessent d'entamer les ressources naturelles de la planète, ne serait-il pas avisé de se demander si la croissance est en effet une fin en soi?
  9. Un vrai citoyen pose une question #ue6mars
Like
Share

Share

Facebook
Google+