Discours de José Manuel Barroso sur l'état de l'Union

Le 12 septembre 2012, le Président de la Commission européenne, José Manuel Barroso a tenu devant le Parlement européen le discours annuel sur l'état de l'Union. Comme chaque année depuis 2010, il a exposé sans détour la situation de l'Europe et présenté les propositions de la Commission pour l'année à venir.

57 total views
As seen on
null
3 views
  1. Union bancaire, modèle social et politique européen, démocratie... Tels ont été les sujets phares abordés par le Président Barroso lors de son élocution annuelle. La situation économique de l'Europe reste incertaine, mais certains événements, comme les mesures de la BCE ou les réformes structurelles dans certains pays, sont encourageants. Comme il l'avait déjà dit lors de la conférence sur l'emploi en Europe, le modèle social européen, qui forge son identité, ne doit pas être abandonné.
  2. Le moment fort du discours : le Président Barroso prône une "fédération d'Etats-nations", ce qui n'est pas sans rappeler l'idée que se faisait Jacques Delors de l'Europe.
  3. L'enjeu majeur : la crise économique
  4. "Nous devons créer une union bancaire, budgétaire".
    Les mesures liées du secteur financier ont été au centre de ce discours. Elles posent en effet les bases d'une réelle union bancaire, elle-même préparant une future union budgétaire. Par ailleurs, la taxe sur les transactions financières n'est pas  reléguée au rang de souvenir, c'est un projet qui tient encore aujourd'hui à coeur à la Commission.
  5. Les mesures de rachat d'obligations annoncées le 6 septembre par la BCE devraient avoir un impact positif sur la résolution de la crise. Par ailleurs, elle agit dans le strict cadre de son mandat, contrairement à ce que ses détracteurs pourraient sous-entendre.
  6. Fin du suspens sur le sort du Mécanisme européen de stabilité. Vers 10h, en plein discours, la nouvelle tombe.
  7. "Nous ne pouvons pas être membre de cette union et donner l'impression de pas l'être"
    Les attitudes de certains dirigeants européens sont dénoncées par le Président. Les rivalités de certains sont la preuve que l'esprit européen n'a pas encore vraiment réussi à dépasser les préoccupations nationales. Par ailleurs, aux lendemains des sommets, il n'est pas rare que des engagements pris à l'issue de longues négociations soient reniés.
  8. "Des lueurs d'espoir"
Like
Share

Share

Facebook
Google+