Les activités d'AREVA au Nord-Niger

Ce storify a été réalisé afin de vous informer au mieux sur la présence d’AREVA au Nord-Niger.

Embed

  1. En quoi consistent les activités d’AREVA au Niger ?

  2. Découvrez les enjeux d’AREVA autour de son activité Mines à travers le storify "La mine d’Uranium de A à Z"
  3. 1-Comment l’activité minière participe au développement du Nord-Niger ?

  4. Dans le cadre des activités minières au Niger depuis plus de 50 ans, AREVA a mis en place des actions participant au développement. Les sociétés minières SOMAIR et COMINAK sont des acteurs majeurs de l’économie nigérienne. Elles sont le premier employeur privé du pays avec des effectifs nigériens à 98 %, et mènent des actions de formation dans le domaine industriel pour les projets soutenus par le groupe. L’Etat du Niger est le principal bénéficiaire des retombées économiques des activités minières (impôts, redevances, etc.) avec plus de 90 % des recettes qui lui ont été reversées en 2013 (82 % en moyenne depuis la création des sociétés). Plus de 100 millions d’euros d’achats par an en moyenne sont réalisés par SOMAIR et COMINAK auprès de fournisseurs locaux. AREVA et les sociétés minières sont au quotidien très actif en matière d’aide au développement au Niger, notamment en consacrant environ 6 millions d’euros par an en matière de santé, éducation, soutien aux infrastructures…
  5. Employé de la mine à ciel ouvert de SOMAIR, Niger, © AREVA, TAILLAT JEAN-MARIE
  6. La politique sociétale d’AREVA, de SOMAIR et COMINAK a permis de développer plusieurs projets autour de :
    - la santé : fourniture d’équipements sanitaires, soutien des travaux de recherche sur le paludisme…
    - l’éducation : création d’une bibliothèque municipale à Arlit, soutien à des études supérieures en France de jeunes filles nigériennes…
  7. Action sociétale, la Fondation d'entreprise AREVA est partenaire de la communauté urbaine d’Arlit pour créer une bibliothèque municipale, Arlit,Niger - © AREVA, JEAN-MARIE TAILLAT
  8. Deux hôpitaux ont été construits par SOMAIR et COMINAK, situés respectivement à Arlit et Akokan afin d’assurer des prestations médicales de qualité aux salariés, leurs familles et aux populations locales. Ces hôpitaux sont reconnus parmi les meilleurs établissements hospitaliers du pays. Des programmes de formation pour les professionnels de santé et pour l’achat de matériel médical sont également organisés.

    Dans le cadre de l’accord de partenariat stratégique entre l’Etat du Niger et AREVA du 26 mai 2014, AREVA apporte son soutien financier à des projets d’aménagement et de développement dans la région Nord du Niger, avec le financement :
    - d’un tronçon de la route Tahoua-Arlit à hauteur de 90 millions d’euros,
    - d’un programme de développement agricole dans la vallée d’Irhazer à hauteur de 17 millions d’euros.
  9. 2 - Quels dispositifs sont mis en place pour limiter l’impact des activités minières sur l’environnement ?

  10. La gestion responsable et durable de l’environnement est une priorité de l’activité industrielle des sites opérés par AREVA : les activités de SOMAIR et COMINAK sont certifiées ISO 14 001 (certification qui définit les critères d’un système de management environnemental).

    AREVA, en tant qu’acteur minier responsable, s’efforce de limiter au maximum l’impact de ses activités minières sur l’environnement conformément au principe ALARA « As Low As Reasonably Achievable ». Un réseau de surveillance de l’environnement notamment sur l’air, l’eau, la chaîne alimentaire et les sols a ainsi été mis en place.
  11. Contrôle de l’environnement : prélèvements de végétation près de l’usine de traitement du minerai de SOMAIR, Niger - © AREVA, TAILLAT JEAN-MARIE
  12. Des stations de mesures de l’air sont installées dans les villes d’Arlit et d’Akokan, sur les voies empruntées par les populations nomades et sur les mines. Des échantillons d'eau de la nappe souterraine sont prélevés tous les 6 mois pour analyses chimiques et bactériologiques.
  13. Contrôle de l’environnement : prélèvement d’eau douce, village près de COMINAK, Akouta, Niger – © AREVA, TAILLAT JEAN-MARIE
  14. Des échantillons de la chaîne alimentaire et des sols sont analysés régulièrement. Tous les résultats, mis à disposition des autorités et présentées lors de réunions publiques, montrent que les limites réglementaires de radioprotection sont strictement respectées et que l’eau distribuée aux populations est conforme aux normes nigériennes et aux recommandations de l’OMS.
  15. 3- Comment AREVA s’implique dans le développement agricole et pastoral de la région ?

  16. AREVA et l’Etat du Niger sont partenaires de longue date dans le cadre du renforcement de la sécurité alimentaire du pays. Ensemble, ils mettent en place des systèmes d’irrigation dans les zones désertiques et en permettent ainsi le développement agricole et pastoral.

    En avril 2010, AREVA a soutenu la ferme agropastorale d’Abalak dans la région de Tahoua. Cette ferme dite « de l’Espoir » est une réussite reconnue par les autorités nigériennes qui la retiennent comme modèle à répliquer au plan national.
  17. Action sociétale, Ferme de l’Espoir, Niger – ©: AREVA
  18. AREVA a également confirmé son engagement à hauteur de 17 millions d’euros dans le projet Irhazer, portant sur le développement agricole et pastoral dans le Nord-Niger.

    Le développement et la maîtrise des systèmes d’irrigation dans une zone désertique comme le Nord-Niger est crucial. AREVA, en tant qu’acteur minier responsable, s’engage dans le développement de projets structurants et permet le soutien à la sécurité alimentaire du pays.
  19. 4 - Comment est gérée la consommation d’eau autour de SOMAIR et COMINAK ?

  20. Si des eaux usées sont déversées dans les oueds, cela n’a rien à voir avec les mines exploitées par les sociétés SOMAIR et COMINAK. La bonne gestion de l’eau est une préoccupation majeure, les sites miniers du Niger étant situés en région désertique.

    Des démarches d’éco-conception ont été mises en place pour rechercher des moyens permettant de réduire la consommation d’eau industrielle, favoriser le recyclage. Durant les 15 dernières années, la consommation annuelle a été réduite de 35 %.

    Afin de préserver les écosystèmes, un suivi qualitatif et quantitatif des nappes phréatiques est effectué. Il est centralisé au sein d’une démarche unique pour toutes les entités du groupe AREVA au Niger : le projet AMAN. Son rôle : obtenir une connaissance suffisante des aquifères présents sur la zone d’Arlit et Akokan pour assurer l’approvisionnement en eau potable des populations et des exploitations implantées dans cette région.
Like
Share

Share

Facebook
Google+