Torture: les policiers français se prennent les pieds dans le tapis marocain

Paris a du faire ses excuses à "M6" pour le comportement de ses policiers qui ont court-circuité le quai d'Orsay et voulaient interroger une huile marocaine, au mépris des usages diplomatiques.

  1. François Hollande vient de prendre son téléphone pour appeler personnellement le roi du Maroc et lui fournir des "clarifications" après le couac diplomatique qui rend furieux les marocains (en ce moment même une manifestation a lieu devant l'ambassade de France à Rabat). En clair, il a fait à "M6"de plates excuses.
    Résumons une affaire qui est bien détaillée ici:
  2. Apprenant que le patron du contre espionnage marocain, Abdelatif Hammouchi, se trouvait de passage à Paris où il accompagnait le ministre de l'intérieur, une ONG (ACAT, Action des Chrétiens Contre la Torture) contacte fissa le procureur de la République de Nanterre. Elle a déposé plainte contre l'individu pour des faits de torture sur un opposant politique. C'est l'occasion unique de pouvoir interroger Hammouchi se dit le magistrat qui dépêche immédiatement 7 policiers à la résidence de l'ambassadeur du Maroc, située à Neuilly-sur-Seine, ou le ministre de l'Interieur se trouve en pleine conférence de presse avant une rencontre prévue avec son homologue Manuel Valls.
    Problème, la résidence en question bénéficie de l'immunité diplomatique, et de toute façon, comme le précise un diplomate français, "ce n'est pas une façon de se comporter avec un haut fonctionnaire d'un pays ami qui collabore avec la France."
    Car contrairement à ce qu'affirme le Parquet de Nanterre, le Quai d'Orsay n'a pas du tout été informé de la demande d'interrogatoire. C'est le ministère des Affaires Etrangères qui aurait du, normalement, se charger de la transmettre à l’intéressé de manière un peu moins...tonitruante.

    Une affaire qui, sans être dramatique, vient pourrir le travail effectué par Hollande lors de sa récente visite au Maroc. Qui risque aussi d'affoler bon nombre de responsables sécuritaires de pays amis qui pensaient jusqu'ici venir tranquillement travailler avec leurs homologues français, notamment sur les questions touchant au terrorisme. Il se trouvera toujours une association pour lui chercher des noises, et si on n'est pluss à l'abri d'un juge qui ignore les usages...tout fout camp! Aujourd'hui un Marocain, demain ça sera un Algérien, un  Israélien ou un Américain!
    Comme l'observe un brin amusé le même diplomate, le commissaire de Neuilly devrait se méfier car il y a dans sa juridiction un paquet de résidences diplomatiques et si ces pratiques se généralisaient, ça pourrait faire du vilain...

    Facteur aggravant, l'affaire coincide avec les confidences de l'acteur espagnol Javier Bardem, sympathisant notoire de la cause du Polisario et donc adversaire acharné de Rabat:
  3. Là aussi, une indiscrétion d'un acteur, mais aussi d'un militant impliqué. La phrase reprochée: "Le Maroc est une maitresse qu'on est pas certain d'aimer mais avec laquelle on doit bien coucher et défendre" n'aurait pas été tenue par l'ambassadeur de France aux Etats-Unis Delattre mais rapportée par un autre ambassadeur, celui de l'ONU. Des propos de table, mais quand on est diplomate, il vaut mieux faire attention à qui on fait des confidences...ou des bons mots.
    Bref tout cela donne encore une image d'amateurisme français, alors que "MVI", lui, tisse sa toile diplomatique en Afrique, ou le Maroc s'installe en tant que puissance régionale.
  4. D'ici que Rabat nous taille des croupières dans notre jardin...
Read next page