Je m'amuse donc je me forme avec les "serious games"

Les "serious games" envahissent le monde de la formation. Pour apprendre, nous sommes invités à jouer. Focus sur un concept qui suscite de nombreux débats.

  1. Des spécialistes de l'enfance comme Winnicott, Piaget ou Vygotsky ont démontré depuis longtemps l'intérêt du jeu dans le développement de l'enfant. Toutefois enseignement et jeu n'ont pas toujours fait bon ménage, surtout en matière de formation d'adultes. Le jeu qui implique gratuité et plaisir s'oppose en ce sens au travail.

    Pourtant, jouer c'est se donner une tâche à accomplir et se fatiguer, se forcer. L'apprentissage, lui, a pour but d'assimiler des connaissances et des savoirs par le biais d'exercices, notamment. On apprend par imitation, association, erreur, répétition ou immersion. Le jeu, envisagé comme une activité ponctuelle de la formation, s'intègre alors dans une approche multi-sensorielle. Il représente à la fois une source de motivation et de plaisir  et le moyen d'exercer des compétences dans des situations vivantes où l'apprenant est impliqué en tant qu'acteur.


    D'où l'apparition des serious games ("jeux sérieux" en français) qui connaissent un engouement sans précédent avec l'évolution des jeux video (même s'ils ne se réduisent pas à cela en théorie).

  2. Les Serious games, ou la pédagogie par le jeu
  3. Aujourd'hui, les serious games  concernent donc essentiellement des applications développées à partir des technologies avancées du jeu vidéo, faisant appel aux mêmes approches de design et de savoir-faire (3D, temps réel, simulation d'objets, d'individus, d'environnements…) mais qui dépassent la seule dimension du divertissement. Elles font appel à toute la palette des métiers du graphisme et de l'animation.
  4. Vous pouvez trouver nombre de serious games gratuits sur le web. En voici une liste non exhaustive :
  5. Il en existe dans tous les domaines : management, informatique, éducation à l'environnement... Je ne résiste pas à l'envie de vous faire découvrir "2025 Exmachina", un serious game  d'éducation critique aux media que j'ai testé moi-même. Très instructif !
  6. Si vous devez passer des entretiens d'embauche, je vous recommande le simulateur d'entretien proposé par l'APEC. Particulièrement bien pensé, il vous offre des situations variées et vous conseille tout au long de vos choix.
  7. Attention toutefois : un serious game ne se suffit pas à lui-même ! Il s'inscrit dans un parcours de formation plus vaste dont il n'est qu'une composante. De plus, un accompagnement et/ou un débriefing sont nécessaires pour en tirer le meilleur parti, comme nous le rappelle Julian Alvarez, chercheur au Play research lab, laboratoire R&D de la CCI Grand Hainaut et enseignant à l’université Lille 1.
  8. Les clés de la réussite d'un serious game par Julian Alvarez
  9. Enfin, si vous voulez en apprendre plus encore sur les serious games, rendez-vous sur Eduscol, le site du Ministère de l'Education Nationale qui leur consacre un dossier très complet. Vous saurez tout sur l'intérêt croissant qui leur est porté, leurs répercussions dans le monde de l'éducation et de la formation, leur intérêt pédagogique et leur impact sur l'apprentissage avec de nombreux exemples de jeux dans plusieurs disciplines.
Read next page