L'empowerment : concept à la mode ou réel pouvoir d'agir ?

L’empowerment ou "pouvoir d'agir" est une approche très employée aujourd'hui dans le domaine de l'orientation professionnelle où nous sommes tous encouragés à nous prendre en main tout au long de notre vie. Mais qu'en est-il réellement ?

  1. Terme anglo-saxon, l'empowerment n’a pas de traduction à proprement parler en français. Venue des cités de Chicago dans les années 1930, reprise par les mouvements noirs et féministes dans les années 1970 puis par la campagne d'Obama en 2008, l'expression désigne le processus qui nous permet de prendre conscience de notre capacité d'agir et d'accéder à plus de pouvoir. « Développement du pouvoir d’agir », « autonomisation », « capacitation », « habilitation » : l'empowerment, c'est à la fois tout cela et plus encore.
  2. Il s'agit non seulement d'une prise de conscience de notre situation mais aussi de nos possibilités d’action avec d’autres. Il ne faut donc pas réduire cette notion à un sentiment d’efficacité personnelle mais la concevoir comme se développant aux niveaux tant à la fois individuel qu'organisationnel ou communautaire.
  3. Pour mieux comprendre, voici un exemple concret. Une personne commence par participer à une réunion. Elle joue un rôle passif. Elle écoute et essaie de comprendre ce qui ce dit, ce qui se passe. Elle va donc chercher de l’information. Au cours des réunions suivantes, elle s’exprime peu à peu. Se sentant de plus en plus à l'aise, elle commencer à donner son opinion, à s’exprimer. Cette même personne finit alors par s’impliquer et à participer à certains projets décidés par sa communauté. Elle ira peut-être même jusqu'à à développer ses propres projets.
  4. L’empowerment individuel, celui qui nous intéresse ici, suppose lui aussi participation, compétence, estime de soi et conscience critique. Par leur interaction, ces composantes nous permettent de passer de l'impossibilité d'agir à la capacité d’agir selon nos propres choix. Ce pouvoir d'agir personnellement, de devenir l'artisan de notre propre destin suppose des compétences psychosociales telles que l'aptitude à résoudre des problèmes, l'esprit critique, la facilité à communiquer, la confiance en nous, l’entraînement à savoir gérer les émotions.
  5. En matière d'orientation et de projet professionnel, nous sommes invités par exemple à développer des compétences particulières appelées career management skills (CMS), soit en français « apprentissage de l’évolution de carrière » ou encore« capacité à s’orienter ».
  6. Pour certains, l’empowerment est donc un concept positif et dynamique, synonyme d’émancipation. En tant que personne, nous devenons acteurs, responsables de nos décisions plutôt qu'obligés de les subir, invités à être entrepreneur de notre propre vie.
  7. Mais la démarche comporte ses propres limites. Elle peut laisser supposer que la solution aux problèmes que nous rencontrons dépend avant tout de notre stratégie individuelle et non pas de la mise en oeuvre de solidarités sociales. Nous pouvons également ressentir les injonctions à l’indépendance comme le reproche d'une défaillance personnelle : si nous ne nous approprions pas les compétences nécessaires à notre autonomisation, ce serait de notre faute !
  8. Alors, à nous de prendre en main notre épanouissement personnel, notre orientation, notre formation. Mais, la volonté ne suffit pas. De leur côté, les entreprises et les pouvoirs publics doivent favoriser le cadre de cette évolution. L'orientation tout au long de la vie relève d’une co-responsabilité de l’entreprise et du salarié.
Read next page