1. #WHODiane : heureuse de rentrer chez moi, mais triste de quitter ce pays merveilleux et dynamique

  2. 12 mars 2015
  3. « Il est temps de prendre congé de la Sierra Leone. Mon départ me laisse un sentiment mitigé car, si je suis heureuse de rentrer chez moi, je suis triste de quitter ce pays merveilleux et dynamique. Il reste encore beaucoup à faire en Sierra Leone où la voie vers l’élimination totale de la maladie à virus Ebola est semée d’entraves. Je leur souhaite d’ailleurs d’y parvenir rapidement. »
  4. #WHODiane : ne toucher personne afin de prévenir la propagation d’Ebola est devenu un réflexe

  5. 11 mars 2015
  6. « Hier, j’ai soudainement réalisé que je n’ai en fait touché personne d’autre depuis presque 2 mois, je veux parler des contacts occasionnels tellement ancrés dans les interactions sociales ordinaires, comme les poignées de mains, ou les embrassades quand vous rencontrez ou quittez un ami.
  7. Pour empêcher la propagation de la maladie à virus Ebola, on nous demande en effet de ne toucher personne, et maintenant c’est devenu un réflexe depuis que je suis arrivée ici il y a 2 mois. Si l’on regarde les choses dans leur ensemble, cela peut sembler futile, mais je trouve plutôt dommage que cela soit devenu la norme dans les régions affectées par la maladie à virus Ebola, dans la mesure où nous nous privons de l’un des moyens de nous sentir connectés les uns aux autres. »

  8. #WHODiane : Les cacaotiers, cultivés à des fins commerciales en Sierra Leone, sont souvent nichés dans la forêt

  9. 10 mars 2015
  10. « Même si la plupart des agriculteurs de Sierra Leone ne cultivent que pour leur propre subsistance, ils sont nombreux également à faire pousser de petits peuplements de cacaotiers. Le cacao est la culture commerciale la plus importante de Sierra Leone et, lorsqu'on traverse en voiture la campagne de l'est du pays, on peut voir des groupes de cacaotiers nichés dans la forêt. En tant qu'amatrice de chocolat, j'ai apprécié de voir où est cultivé l'arbre qui produit le cacao, son ingrédient principal. »
  11. #WHODiane : il est essentiel que les patients décédés de l’épidémie d’#Ebola soient enterrés dans la dignité et le respect des normes de sécurité afin d’empêcher la propagation de la maladie

  12. 9 mars 2015
  13. « Afin d’arrêter la propagation du virus Ebola, il importe particulièrement que chaque personne qui meurt de cette maladie soit enterrée en toute sécurité. Un grand nombre de nouvelles infections surviennent en effet lors de l’enterrement de patients victimes d’Ebola.
    Par conséquent, il est demandé aux populations de déclarer tous les décès afin que les équipes chargées des inhumations dans le cadre des interventions anti-Ebola puissent garantir la pratique d’enterrements dans la dignité et le respect des normes de sécurité. »
  14. #WHODiane : retour à l’épidémiologie – le traitement des données

  15. 8 mars 2015
  16. « Il importe particulièrement de disposer d’informations fiables et de qualité afin de comprendre les flambées de maladie et de mettre en œuvre l’intervention qui s’impose. En fait, les données doivent être bonnes, et répondre aux questions habituellement posées par tous les épidémiologistes, à savoir : qui, quoi, où, quand et comment ...
  17. Lors d’une flambée épidémique de cette ampleur, le volume de données à traiter est considérable. Ces derniers jours furent pour moi un véritable retour aux sources : j’ai de nouveau « revêtu mon manteau d’épidémiologiste » et passé la plupart de mon temps à « nettoyer » certaines de ces données. J’ai aussi recruté plusieurs collègues pour m’aider dans cette tâche. »
  18. #WHODiane : les petits imprévus qui égaient cette mission

  19. 6 mars 2015
  20. « Certaines difficultés liées au déplacement sur le terrain sont nettement différentes de celles rencontrées dans mon travail au Bureau régional de l’OMS à Copenhague. Aujourd'hui, il s’agit des retards causés en attendant que des jeunes chèvres arrêtent de se bagarrer au milieu de la route. »
Read next page