La pêche profonde sous l'angle technique et lobbyiste

Je n'ai pas prétention à vous convaincre de l'intérêt ou non de la pêche profonde. Je vais simplement vous donner le regard d'un technicien de la filière pêche, de ce que j'en connais en âme et conscience, et de ce que je connais des lobbys environnementaux pour les suivre régulièrement.

  1. Histoire d'un buzz |
    Les avis inaudibles d'EELV Lorient |
    Ce que je sais de la technique de pêche |
    Lobby et lobbies |
    Le lobby de la pêche |
    Mais qui est PEW ? |
    Qui suis-je

  2. Histoire d'un buzz

  3. Bien-sûr le point de départ de cette histoire c'est le buzz de Pénélope Bagieu qui a repris dans une BD (ou plutôt une infographie), en français et en anglais, l'intégralité des arguments de Claire Nouvian de l'association Bloom contre la pêche profonde.
  4. Ce texte permet en une journée à l'association militante BLOOM de faire exploser les signatures de sa pétition. Le format de la BD est celui qui répond aux codes sociétaux urbains actuels à savoir la pédagogie par l'image, la forme au détriment du fond. Visiblement Pénélope connait bien ces codes.
  5. L'objectif est rappelé dans cet article du Nouvel Obs. "rendre le sujet sexy" : "Après des années de combat quasi-inaudible de la part des associations, la bloggeuse Pénélope Bagieu sensibilise des centaines de milliers d'internautes au scandale du chalutage industriel".
  6. Est-ce que le buzz donne pour autant une légitimité technique et politique au sujet ?
  7. Les avis inaudibles d'EELV Lorient

  8. Cette communication écrase totalement d'autres avis comme ceux du groupe Lorientais d'Europe Ecologie Les Verts.
  9. Pourtant on ne peut pas dire que le groupe lorientais d'EELV soit particulièrement favorable à cette pêcherie, si vous lisez précisément cet article [ne pas lire que les titres svp]. Mais ferait-il lui aussi partie de ces élus bretons achetés par le lobby de la pêche industrielle. Ou connaitraient-ils un peu mieux le sujet ?
  10. Ce que je sais de la technique de pêche

  11. Les zones à coraux identifiées à l'époque sont protégées (cf carrés verts notamment). D'autres zones sont protégées ponctuellement lors des agrégations de certains poissons pour la reproduction.
  12. La zone rouge, c'est celle de protection intégrale de l'empereur, [hoplostète], espèce de durée de vie très longue dont la pêche est totalement interdite et contrôlée. Cette carte date de 2009.
  13. De plus, les zones à coraux sont très localisées, notamment sur les monts sous-marins qui sont aujourd'hui protégés.
  14. L'essentiel de l'argumentaire de PEW et des chercheurs financés par PEW, ce sont que les navires pêchant en eaux profondes pêchent sur les monts sous-marins. "Seamounts, biodiversity and fisheries, Sea Around Us, 2004". Le programme Sea Around Us a reçu plus de 15 millions de US$ de PEW, sans parler des PEW Marine Fellowship. Les auteurs responsables sont  Telmo Morato, alors étudiant au programme Sea Around Us, et Daniel Pauly. Dans cette équipe internationalisée apparaissent ensuite des noms très impliqués dans la DSCC [deep sea conservation coalition] et les différentes publications brandies par les autres coalitions de PEW : Rainer Froeze, Tony J. Pitcher, Telmo Morato, Reg Watson. Auxquels s'ajouteront dans les publications ultérieures Les Watling, Philip Weaver, Sebastien Villasente,  jusqu'en 2012, ou nous trouvons des cosignatures de Matthew Gianni et Claire Nouvian [lobbyistes mais non scientifiques].
  15. Nous verrons plus bas que PEW finance de la science pour l'utiliser ensuite comme outil de lobbying. Ce qui est dommage, car généralement les travaux initiaux sont intéressants, mais l'argumentaire n'est plus mis à jour ensuite dans la rhétorique lobbyiste. Et les hypothèses initiales ne sont plus reprises dans les publications suivantes, que leurs conclusions qui sont ensuite généralisées.
  16. Mais les monts sous-marins sont protégés aujourd'hui par un zonage spatio-temporel. Et ces zonages sont encore étendus au fur et à mesure que les zones sont identifiées. L'activité n'est plus sur ces monts sous-marins.
  17. L'avantage d'une protection par zone, c'est que quand on sait où vous êtes et à quelle vitesse vous allez, on sait si vous pêchez, et alors si on vous voit dans la zone, on contrôle. Et tous les navires sont équipées de balises de positionnement satellites reliées aux centres de contrôle des pêches en temps réel.
Read next page