Caribewave Antilles françaises

Mise en place d'un dispositif technique d'alerte tsunami aux Antilles françaises par les hackers guadeloupéens. Pour suivre l'événement sur Twitter à travers toute la Caraïbe : #Caribewave2015

  1. Contexte : chaque année depuis 2011, la Caraïbe entière, très exposée au risque de tsunami, fait un exercice de simulation à l'alerte tsunami porté par l'Unesco. Cet exercice consiste à évacuer rapidement les lieux exposés pour se diriger vers les lieux protégés (les hauteurs). Le 25 mars, cet exercice sera mis en place partout et impliquera massivement la population. Aux Antilles françaises, aucune évacuation massive n'aura lieu et le territoire n'est prêt ni techniquement, ni humainement à faire face à un risque pourtant élevé. Gaël Musquet, porte-parole d'OpenStreetMap France et hacker en résidence à la Fonderie Île-de-France, s'y est rendu pour installer, avec l'association de hackers/makers Gwadalug, le dispositif technique (radio, hotspots, émetteurs résiliants, etc.), qui permettra à la Guadeloupe et la Martinique de réagir en cas de catastrophe naturelle. L'idée est de créer une riposte numérique concrète, complémentaire aux efforts plus institutionnels de l'État français (à l'image de ce très court communiqué de presse) :

  2. Merci à nos sponsors : Five by Five, La Fonderie IDF, ALTIC.
    Et un bravo infini à Gwadalug et la clique d'IPEOS.

  3. Rappel : en décembre 2014, Gaël Musquet s'est rendu en Guadeloupe avec tout le matériel faisceaux UBNT (acheté par la Fonderie) nécessaire à la mise en place du réseau d'urgence le 25 mars. C'est Gwadalug qui l'a récupéré et l'a immédiatement pris en charge, opérant bénévolement toutes les installations des antennes pour être prêts le jour J.
  4. À l'occasion de ce séjour, France Antilles a rencontré Gaël pour comprendre sa démarche, et lui a consacré un article le 14/12/2014 :
  5. Au-delà de la préparation technique, Gwadalug avait, encore en amont, préparé Caribewave2015 en organisant, le 21 juin 2014, une cartoparty OSM pour renseigner en détail la carte de la Désirade. Pour se faire une idée de l'intérêt d'une telle initiative, comparons les plans OSM et Google Maps de l'île :

  6. ARRIVEE


  7. 24/04/2015 - 8h : Petit-déjeuner de travail de l'équipe IDF depuis le gîte de Yolène et José Réveillé (nos FABULEUX hôtes >> c'est chez eux qu'il faut aller, nous insistons) avec (de gauche à droite) : Fabrice Paimba (réalisation/caméra), Gaël Musquet (le cerveau, le génie, le formidable), Jean Karinthi (OSM France) et Judith Aquien (écriture) :



  8. 24/03/2015 : RENCONTRE AVEC GWADALUG, APPEL AVEC L'ÉTAT-MAJOR DE ZONE ANTILLES ET FABLAB DE JARRY


  9. 24/04/2015 - 12h : Gwadalug : Les hackers de Guadeloupe s'organisent pour mettre en place le dispositif technique. Rencontre à midi (au resto japonais - ???!!!) et après-midi en leur compagnie. L'association de hackers/makers a déjà installé un pont wifi d'une portée de 24km émettant sur toute la Désirade. L'exercice du 25 mars aura lieu depuis là-bas, et permettra de voir à échelle réelle comment alerter les populations d'une île particulièrement isolée de la Guadeloupe, grâce à des systèmes radioamateurs, d'alertes sms, de reroutage systématique lors d'une connexion Internet vers un site d'alerte (emergency box) hébergeant du chat, du forum, des messages provenant des autorités, des consignes de sécurité, et la possibilité pour la population locale de relayer également une information.
  10. Le signal wifi (portée de 24km) créé par Guadalug pour relier la Désirade en cas de tsunami.
    Le signal wifi (portée de 24km) créé par Guadalug pour relier la Désirade en cas de tsunami.
Read next page