Atelier Kamishibaï

Atelier Kamishibaï du mercredi 9 septembre de 14h à 16h au Canopé Nord Franche-Comté à Belfort.

  1. Les origines du kamishibaï

  2. Littéralement Kamishibai signifie "théâtre de papier" (Kami (papier) shibaï (théâtre)
  3. Les origines du kamishibaï remontent au XIIe siècle. Les bonzes parcouraient le pays pour convertir les Japonais au bouddhisme. Ils utilisaient des illustrations, peintes sur des rouleaux de toile ou sur des planches en carton glissées dans un cadre en bois qu’ils portaient sur le dos. L’arrivée du cinéma au XXe siècle, obligea des dizaines de milliers d’artistes employés dans les théâtres d’ombres (joués la nuit) à se reconvertir. Ils eurent l’idée d’utiliser le kamishibaï pour continuer à raconter leurs histoires lors d’ animations de rue. Le premier kamishibaï pour enfant fut créé dans les années 1920. Le succès fut immédiat : on comptait 3 millions de conteurs dans le pays en 1937.
  4. Les conteurs de Kamishibaï ou gaïtos parcouraient les quartiers et les villages à vélo. Le conteur attachait sur le porte-bagages de son vélo la boîte laquée, emportait dans sa sacoche trois jeux d'histoires, accrochait à son guidon un panier rempli de beignets sucrés et de friandises à base de patates douces.Arrivé à un square, il coinçait la béquille de son vélo. Pour annoncer son arrivée, il utilisait deux claquettes de bois, appelées hyoshigi. Attirés par ce bruit, les enfants s'asseyaient autour du vélo. Le conteur vendait les friandises. Les enfants ayant acheté des bonbons prenaient les meilleures places à l'avant. Puis il racontait deux histoires et demi : "Si vous voulez savoir la suite, venez demain à telle heure!" et il repartait...
  5. Durant la 2eme guerre mondiale et dans les années qui suivirent, le kamishibaï devint une partie encore plus intégrante de la société en tant que distraction de masse.
  6. Dans les années 50, le kamishibaï était si populaire que la télévision a été initialement dénommé "kamishibaï électrique." Mais, avec l'enrichissement du Japon et les encombrements de la vie moderne, l’arrivée de la télévision entraîna la disparition des conteurs. C’est alors que l’Instruction Publique Japonaise s’intéressa à l’aspect pédagogique de cette technique, utilisée dans un premier temps pour l’apprentissage de la lecture. Actuellement, au Japon, chaque classe enfantine ou est équipée de cet outil.Conçu pour un large auditoire, le kamishibaï permet une utilisation dans tous types de structures. Aujourd’hui, il intéresse au plus haut point les professionnels de l’enfance et de la petite enfance : crèches, écoles, bibliothèques, orthophonistes, centre de loisirs...
  7. C’est un outil pluridisciplinaire qui offre la possibilité de travailler dans de multiples directions : l’écoute, le visuel, l’imaginaire, l’alphabétisation, la lecture de l’image, la familiarisation avec la lecture à haute voix ainsi que la mise en place d’ateliers de création d’histoires, favorisant ainsi une cohésion au sein d’un groupe relié par un projet commun.
  8. Comment ça marche ?

  9. 1. Face à l'auditoire, on lit le texte de la première image, écrit au dos de la dernière image.
    2. Lorsque le texte est fini, on fait glisser l'image 1 avec sa main droite.
    3. L'image 2 apparaît.
    4. On lit le texte de l'image 2 écrit au dos de l'image 1.
    5. On continue jusqu'à ce que l'histoire soit finie.
  10. Face au public les images, face au conteur non seulement le texte mais aussi l'image en miniature et parfois des indications de mise en scène pour donner plus de vie au récit (consignes concernant la transition entre les planches : en plusieurs temps, rapidement ou lentement)
  11. Utilisations pédagogiques (liste non exhaustive)

  12. Ecouter, lire, écrire, illustrer (en dessinant mais pas seulement). Véritable outil transdisciplinaire qui peut même permettre de faire le lien entre le niveaux ou avec des structures extérieures (maison de retraite, crèche, médiathèque...)
  13. Au grand Kamishibaï" Document très complet de l'histoire aux utilisations pédagogiques réalisé à partir du travail mené à L’Atelier du Patrimoine de "La Fraternelle"
  14. Pour les non-lecteurs

    Méli-Mélo images :
    Présentation des illustrations de l'histoire dans le désordre / Lecture à voix haute de l'histoire aux élèves / Classement des illustrations dans l'ordrechronologique.Image-histoire : Lecture à voix haute de l'histoire aux élèves / Réalisation par chaque élève d'une illustration correspondant à un moment clé du récit / Confrontations des illustrations réalisées.Pour les lecteurs

    Méli-mélo écrits : Séparer le texte des illustrations / Attribuer à chaque planche d'illustration le texte qui lui correspond

    Création d'histoires à kamishibaï : Création d'une histoire à partir d'une série d'illustrations et inversement

    Transformer un conte traditionnel en kamishibaï en respectant la structure du récit.

    Le Kamishibaï est un outil pédagogique très riche pour stimuler l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. En fonction du niveau de la classe et du temps disponible, cet atelier prend différentes formes :1. Contes du monde : les enfants découvrent des histoires et contes en provenance du monde entier. 2. Atelier « lecture » : les enfants sont amenés en quelques séances à lire devant un public des histoires déjà écrites et dessinées. 3. Atelier « illustration » : à partir d’un conte existant, les enfants procèdent à un découpage en séquences puis créent les personnages et dessinent les images. Le texte est écrit au dos des images. L’histoire finie est lue devant un public. Atelier « écriture » : les enfants créent de A à Z un conte et le mettent en images, ou écrivent eux-mêmes le conte existant qu’ils ont préalablement dessiné.
  15. Différentes utilisations du cycle 1 au cycle 3
  16. Utiliser un Kamishibaï à l’école maternelle
Read next page